«François Ruffin en soldat du protectionnisme universaliste», par Vincent Barros sur Marianne

cliquez sur l’ouvrage pour accéder à la librairie :

François Ruffin :

Goodyear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges…
Depuis dix années, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips, de yaourts, avec toujours,
au bout, la défaite.
Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive.
C’est quoi, leur grande trouille, en face ?  Leur peur bleue ?
Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux,
Le Monde, La Tribune, Les Echos : Laurence Parisot, Ernest-Antoine Seillière, tous les PDG et leurs porte-plume, s’effraient des «tentations de protectionnisme», se mobilisent contre ce «spectre», ce «risque», ce «serpent», ces «pulsions», etc.
Voilà leur talon d’Achille.
Contre leur libre-échange :
• Des barrières douanières

Des taxes aux frontières
Des quotas d’importation
La grosse artillerie.
C’est notre dernière arme, j’ai l’impression.
Les seules batteries qui les feront reculer.
Sans quoi, le dumping social, fiscal, environnemental, peut continuer longtemps.
A partir de reportages, mais aussi de lectures, de rencontres avec des syndicalistes, des patrons, des économistes, des douaniers, ce «journal intime de mes “pulsions protectionnistes”» explore cette hypothèse interdite.

En plein débat sur la démondialisation, le journaliste François Ruffin publie un ouvrage pour le moins opportun :
« Leur grande trouille. Journal de mes tentations protectionnistes ».

En croisade contre le dogme du libre-échange, le fondateur du journal satirique Fakir tend à justifier par une enquête de terrain le combat d’économistes favorables à un protectionnisme européen. « C’est notre dernière arme », alerte Ruffin.

Les détracteurs, déjà ciblés et déclarés, du nouveau livre de François Ruffin diront qu’il est dans l’air du temps… Que son enquête de terrain est aussi vaine que l’alternative économique qu’elle entend servir. Peut-être. En attendant,……

[lire la suite sur ]

levaurais.info@espace-citoyen.org